Love is an acid flower

52 pages

En avril 2016, invité par un centre d’art, je passais deux semaines à Toronto (Canada).
En apparence, je menais et diverses recherches autour du cliché photographique.
Mais en réalité, je voulais mettre la main sur Sebastiao Costa, un canadien d’origine portugaise. Car j’avais su qu’à Toronto, quelqu’un avait connu le Surgün Photo Club.

COMMANDER